Charlotte Perriand

0 Flares Pin It Share 0 Facebook 0 Twitter 0 Filament.io 0 Flares ×

Charlotte Perriand fait partie, de plein droit, de l’élite culturelle qui, à partir des premières décennies du vingtième siècle, a promu le renouveau des valeurs esthétiques. En ce qui concerne l’histoire de l’ameublement du vingtième siècle, l’avènement de la modernité est sans aucun doute rendu possible par l’action audacieuse d’une telle réformatrice de l’architecture d’intérieurs.

Au début de son parcours professionnel elle est acclamée par la critique pour son Bar sous le toit exposé au Salon d’Automne de 1927. La même année, à l’âge de vingt-quatre ans, Le Corbusier lui propose de s’associer avec lui et Pierre Jeanneret pour l’équipement de l’habitation. Il écrit en 1932: »Madame Charlotte Perriand, architecte à Paris, travaille avec nous en tant qu’associée, depuis plusieurs années, tout particulièrement dans les travaux relatifs à l’équipement de la vie domestique. Madame Perriand possède dans ce domaine des qualités exceptionnelles d’invention, d’initiative et de réalisation. C’est elle qui avait l’entière responsabilité dans la réalisation de nos équipements domestiques. »

Les dix années de collaboration avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret, ainsi que l’expérience au coeur de la culture japonaise représentent, dans la vie de l’artiste, des périodes d’épanouissement très intense.

Après la Seconde Guerre mondiale, sa réflexion sur l’architecture moderne prend une dimension humaine et commence à être influencée par son engagement pro-communiste, comme l’attestent de nombreux programmes d’équipements collectifs qu’elle réalise dans les années 1950 – chambres d’étudiants de la cité universitaire de Paris, etc. Femme libre et passionnée, Charlotte Perriand a également marqué l’histoire du design par sa personnalité, ses voyages et son rapport privilégié avec la nature. Fortement influencée par les cultures japonaise et brésilienne, elle se met au travail du bois, de la paille, du bambou, qui deviennent ses matériaux de prédilection. Elle aménage ainsi la Maison japonaise à Paris en 1957 puis l’ambassade du Japon en 1966.

Grande passionnée de montagne, Charlotte Perriand a également collaboré, entre 1967 et 1986, à la création de la station de ski des Arcs. Tout au long de son oeuvre, cette théoricienne de l’art d’habiter fait montre d’une recherche constante de rapports harmonieux entre l’homme et son milieu.
Architecte, designer, urbaniste, photographe, Charlotte Perriand s’exprime dans tous les ces domaines avec un égal talent pendant 70 ans. Sa renommée étant désormais acquise à l’échelle internationale. Aujourd’ hui, elle est considérée comme l’un des créateurs de mobilier les plus célèbres des années 50.
Disparue en 1999.

0 Flares Pin It Share 0 Facebook 0 Twitter 0 Filament.io 0 Flares ×